La médiathèque est en accès libre et gratuit du mardi au vendredi de 14h à 17h30 et le samedi de 14h à 19h

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Casbah d'oubli : l'exil des réfugiés politiques espagnols en Algérie (1939-1962) / Miguel Martinez Lopez

Type : LivreGenre : Auteur: Auteur, Martínez López, Miguel, 1931-....Editeur : Paris : L'Harmattan , 2004Collection : Graveurs de mémoireDescription matérielle : 1 vol. (259 p.) : ill. en noir et blanc ; 22 x 14 cmISBN : 2747571386 ; 2-7475-7138-6.Résumé : "L'auteur, républicain espagnol, raconte sa vie et son propre exil en Algérie puis dans une seconde partie, l'exode et le vécu de milliers de réfugiés espagnols arrivés en mars 1939 dans ce pays alors colonie française." (Résumé Electre) "En février 1939 plus de 500 000 républicains espagnols passent la frontière française au Perthus. Exode connu de nos jours sous le nom de La Retirada. Accueillis comme des droit commun, ils seront internés dans des camps de concentration devenus tristement célèbres, à Argelès-sur-Mer, Saint Cyprien, Port Barcarès, Agde... Simultanément, environ 20 000 antifranquistes fuyant la répression embarquent à Alicante à bord des quelques cargos anglais disponibles, dont le légendaire Stanbrook, ou de barques de pêche, pour finalement échouer sur les côtes d'Afrique du Nord. Il s'agit là d'un aspect beaucoup moins connu de cette Retirada. A partir d'Oran les réfugiés (comme leurs frères en Métropole), seront expédiés dans des camps, à Carnot, Béni Handel, Colomb-Béchar, Boghari, Boghar, Djelfa (véritable bagne où plus d'un laissera la vie dans la construction du Transsaharien qui devait relier l'Algérie à l'Afrique noire). Une fois dehors, ils feront les frais du comportement xénophobe de beaucoup de leurs homologues immigrés économiques des époques antérieures qui, devenus Français, jugeront indésirables ces exilés politiques, ces «rouges venus leur ôter le pain de la bouche». En vue de leur retour en Espagne (objectif qui tournera à l'obsession), ils restructureront rapidement et remarquablement, malgré les obstacles, leurs organisations politico-syndicales. Quand la guerre d'indépendance éclatera, le Mouvement Libertaire en exil, dont il est essentiellement question dans cet ouvrage, jugeant les enjeux des antagonistes contraires à ses aspirations, adoptera, au péril souvent de la vie de ses militants, une attitude neutre: ni pour l'Algérie française, ni pour l'Algérie algérienne. En juillet 1962 certains d'entre eux choisiront de prolonger leur exil dans l'Algérie devenue indépendante. D'autres rejoindront la Métropole. Mais tous resteront jusqu'au bout fidèles à leur idéal de justice et de liberté, pour l'avènement duquel ils avaient lutté contre Franco et ses alliés en Espagne." (résumé éditeur)Note sur les bibliographies et les index présents dans le document : Bibliogr. p. 255-257.Sujet - Nom commun : réfugié politique | exilé | camp | mémoire | espagnol -- population Sujet - Nom géographique : Algérie -- pays Dewey : 325.6Plan de classement : : 2 Émigrer | 2A Les migrations
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Consultable sur place Consultable sur place Fonds général 2A 325.6 MAR (Parcourir l'étagère) Exclu du prêt
Consultable sur place Consultable sur place Fonds général 2A 325.6 MAR (Parcourir l'étagère) En réserve
Réservations : 0

Bibliogr. p. 255-257

"L'auteur, républicain espagnol, raconte sa vie et son propre exil en Algérie puis dans une seconde partie, l'exode et le vécu de milliers de réfugiés espagnols arrivés en mars 1939 dans ce pays alors colonie française." (Résumé Electre)
"En février 1939 plus de 500 000 républicains espagnols passent la frontière française au Perthus. Exode connu de nos jours sous le nom de La Retirada. Accueillis comme des droit commun, ils seront internés dans des camps de concentration devenus tristement célèbres, à Argelès-sur-Mer, Saint Cyprien, Port Barcarès, Agde... Simultanément, environ 20 000 antifranquistes fuyant la répression embarquent à Alicante à bord des quelques cargos anglais disponibles, dont le légendaire Stanbrook, ou de barques de pêche, pour finalement échouer sur les côtes d'Afrique du Nord. Il s'agit là d'un aspect beaucoup moins connu de cette Retirada. A partir d'Oran les réfugiés (comme leurs frères en Métropole), seront expédiés dans des camps, à Carnot, Béni Handel, Colomb-Béchar, Boghari, Boghar, Djelfa (véritable bagne où plus d'un laissera la vie dans la construction du Transsaharien qui devait relier l'Algérie à l'Afrique noire). Une fois dehors, ils feront les frais du comportement xénophobe de beaucoup de leurs homologues immigrés économiques des époques antérieures qui, devenus Français, jugeront indésirables ces exilés politiques, ces «rouges venus leur ôter le pain de la bouche». En vue de leur retour en Espagne (objectif qui tournera à l'obsession), ils restructureront rapidement et remarquablement, malgré les obstacles, leurs organisations politico-syndicales. Quand la guerre d'indépendance éclatera, le Mouvement Libertaire en exil, dont il est essentiellement question dans cet ouvrage, jugeant les enjeux des antagonistes contraires à ses aspirations, adoptera, au péril souvent de la vie de ses militants, une attitude neutre: ni pour l'Algérie française, ni pour l'Algérie algérienne. En juillet 1962 certains d'entre eux choisiront de prolonger leur exil dans l'Algérie devenue indépendante. D'autres rejoindront la Métropole. Mais tous resteront jusqu'au bout fidèles à leur idéal de justice et de liberté, pour l'avènement duquel ils avaient lutté contre Franco et ses alliés en Espagne." (résumé éditeur)

Médiathèque Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - http://catalogue.histoire-immigration.fr - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr