La médiathèque est en accès libre et gratuit du mardi au vendredi de 14h à 17h30 et le samedi de 14h à 19h

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Frontières, nation et étrangers, en France au XIXe siècle : Paris, CNHI, 14 janvier 2010 / Conférence de Laurent Dornel, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, animée par Jean-Claude Caron, historien, professeur à l'Université Blaise-Pascal de Clermont Ferrand

Type : Enregistrement sonoreGenre : Colloque, conférenceAuteur: Auteur, DORNEL, LaurentEditeur : Paris : Cité nationale de l'histoire de l'immigration (CNHI) , 2010Collection : Conférence l'UniverCitéDescription matérielle : (1h 34 min 58 s)Résumé : Résumé : Les frontières d'un État en déterminent les limites. Qu'elle soit naturelle, fortifiée, bornée, voire imaginaire, une frontière est une ligne qui sépare deux espaces. En deçà, elle fixe un nous, au-delà commence le territoire des autres. Au XIXe siècle, les frontières françaises sont, pour l'essentiel, stabilisées : après l'annexion de Nice et de la Savoie, elles ne changent plus, la construction du territoire national est largement achevée. En revanche, elles sont au c½ur d'une intense processus de politisation : l'affirmation de plus en plus bruyante de la Nation fait de la frontière un lieu plus symbolique que jamais, d'autant que les flux croissants de migrants en font un passage extrêmement fréquenté. La frontière n'est plus alors seulement marge ou limite : elle est aussi passage, par lequel le national se transmue en étranger. Mais parce qu'elle rapproche tout autant qu'elle sépare, la frontière ne cesse d'être une zone de contact et d'échanges, un lieu où se négocient des identités complexes, comme le montre l'étude d'un conflit frontalier dans les Pyrénées occidentales. La conférence s'attachera donc à analyser la façon dont, au XIXe siècle, la question des frontières, en posant celle des étrangers de manière inédite, interroge la nation française.Note de contenu : Conférence CNHI Ressources en ligne (Internet) : Cliquez ici pour consulter en ligneSujet - Nom commun : XIXe siècle | frontière | Etat-nation | nation | étranger Dewey : 342.440 82Plan de classement : : 3 Face à l’État | 3A Politiques d’immigration
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Consultable sur place Consultable sur place Fonds général Exclu du prêt
Réservations : 0

Conférence CNHI

Résumé Les frontières d'un État en déterminent les limites. Qu'elle soit naturelle, fortifiée, bornée, voire imaginaire, une frontière est une ligne qui sépare deux espaces. En deçà, elle fixe un nous, au-delà commence le territoire des autres.
Au XIXe siècle, les frontières françaises sont, pour l'essentiel, stabilisées : après l'annexion de Nice et de la Savoie, elles ne changent plus, la construction du territoire national est largement achevée. En revanche, elles sont au c½ur d'une intense processus de politisation : l'affirmation de plus en plus bruyante de la Nation fait de la frontière un lieu plus symbolique que jamais, d'autant que les flux croissants de migrants en font un passage extrêmement fréquenté.
La frontière n'est plus alors seulement marge ou limite : elle est aussi passage, par lequel le national se transmue en étranger. Mais parce qu'elle rapproche tout autant qu'elle sépare, la frontière ne cesse d'être une zone de contact et d'échanges, un lieu où se négocient des identités complexes, comme le montre l'étude d'un conflit frontalier dans les Pyrénées occidentales.
La conférence s'attachera donc à analyser la façon dont, au XIXe siècle, la question des frontières, en posant celle des étrangers de manière inédite, interroge la nation française.

Médiathèque Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - http://catalogue.histoire-immigration.fr - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr